Théâtre : UBU

Théâtre à Fossé
  • SORTEZ_EN_FAMILLEUn Ubu au pas de gymnastique…

    « Cornegidouille ! Me voici roi dans ce pays. Je me suis déjà flanqué une indigestion et je vais maintenant commencer à prendre toute la phynance ; après quoi je tuerai tout le monde et je m’en irai. » C’est presque tout l’argument d’Ubu, qui pourrait être celui d’une longue pièce de Shakespeare. Pas d’afféteries, voici l’avidité, l’arbitraire, la vanité, la bêtise et la lâcheté à l’état brut. Et d’autant plus que le texte est celui d’Ubu sur la butte, version réduite jusqu’à l’os par Alfred Jarry en vue d’une adaptation pour théâtre de guignol.
    La Pologne (« c’est-à-dire Nulle Part » précisait Jarry) dont s’empare Ubu est ici figurée par le tapis de sol d’une salle de gymnastique et les protagonistes sont vêtus de criardes combinaisons moulantes ou de peignoirs de boxeur. On s’agite, on crie, on se tape dessus à coup d’agrès en mousse, on trottine en levant bien haut les genoux, on pose, on se contemple : pas de limite au grotesque, aucune retenue. Toute ressemblance avec des hommes politiques s’improvisant chasseur d’ours, coureur cycliste ou chanteur de variété n’est pas forcément fortuite.

    Actuellement artiste associé au Quartz – scène nationale de Brest, Olivier Martin-Salvan s’est notamment distingué dans les spectacles de Valère Novarina ou de Pierre Guillois (Le Gros, la vache et le mainate et Bigre – tous deux présentés à la Halle aux grains) et dans Ô Carmen, adaptation de l’opéra de Bizet où il tenait tous les rôles. Il est nominé aux Molières 2014 pour son interprétation dans Pantagruel. Son Ubu a été créé au festival d’Avignon en 2015.
  • Documentation
  • Tarifs
  • Adulte
    12 €
Déposer un avis

Écrivez votre avis sur Théâtre : Ubu :

  • Horrible
  • Mauvais
  • Moyen
  • Très bien
  • Excellent
Il n'y a pas encore d'avis sur Théâtre : Ubu, soyez le premier à en laisser un !