-A +A

Le Clos Lucé

La dernière demeure de Léonard de Vinci

Le Clos Lucé vous convie à une visite passionnante et ludique dans la dernière résidence du maître Léonard de Vinci.

Autoportrait de Leonard de Vinci. © DR

À 64 ans, Léonard de Vinci entame son ultime voyage. Sur l’invitation de François Ier, il quitte Rome et traverse les Alpes à l’automne 1516. Dans des sacoches en cuir, il emporte ce qu’il a de plus précieux : ses carnets et croquis, ainsi que trois œuvres majeures, aujourd’hui conservées au musée du Louvre : La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne ; Saint Jean-Baptiste ; et la fameuse Joconde.

Nommé “premier peintre, ingénieur et architecte du roi”, il s’établit alors au château du Clos Lucé durant les trois dernières années de sa vie. C’est ici qu’il imagine d’étonnants automates destinés aux fêtes royales, dessine les plans du palais de Romorantin devant accueillir la cour, élabore le projet d’assèchement de la Sologne, inspire l’escalier à double révolution du château de Chambord… Sans relâche, il travaille à des œuvres hydrauliques, architecturales, philosophiques, anatomiques ou encore botaniques.

Dans l’intimité du maître italien

Depuis 1954, la famille Saint Bris met toute son énergie à faire revivre l’esprit du génie toscan en ces lieux. Mission accomplie ! Dans la demeure en briques roses et pierres de tuffeau, les visiteurs font un bond dans le temps et découvrent l’intimité de Léonard de Vinci : la grande salle Renaissance où il recevait les hôtes de marque, la chambre où il s’éteignit le 2 mai 1519, la cuisine et sa grande cheminée auprès de laquelle il venait se réchauffer les soirs d’hiver, ses ateliers…

Et une curiosité à ne pas manquer : les premiers mètres du souterrain qui reliait le Clos Lucé au château royal d’Amboise (où se trouve d’ailleurs le tombeau de Léonard de Vinci) sont toujours visibles. On dit que François Ier utilisait souvent cette galerie secrète pour rendre visite à celui qu’il appelait, avec respect et affection, “mon père”.

Le canon version Léonard de Vinci. © Léonard de Serres

Une œuvre protéiforme

De la vie et de l’œuvre de Léonard de Vinci, le Clos Lucé dévoile différentes facettes. Pour les férus d’art et d’Histoire, l’exposition Léonard de Vinci et la France retrace les liens tissés entre l’artiste et trois monarques : Charles VIII, Louis XII et François Ier. Quant à l’exposition-événement, elle instruit la genèse et l’évolution des trois chefs-d’œuvre léonardiens, depuis l’Italie jusqu’au Louvre en passant par le Clos Lucé.

Aéroplane, automobile, hélicoptère, char d’assaut… Une collection de 40 maquettes, réalisées d’après les dessins originaux de Léonard de Vinci, est exposée dans quatre salles aménagées au sous-sol. Ces merveilles de créativité sont expliquées virtuellement sur six écrans en 3D. Ce parcours à la fois instructif et ludique se poursuit à l’extérieur, dans le parc arboré. Petits et grands peuvent actionner une vingtaine de machines géantes très en avance sur leur temps : ponts mobiles, machine volante, roue à aubes... Au détour des allées, 40 toiles géantes translucides illustrent cette œuvre protéiforme, tandis que huit bornes sonores commentent ces fabuleuses inventions signées par un esprit visionnaire.

Autre univers : le Jardin de Léonard, un parcours-découverte qui se déploie sur un hectare. On s’y promène entre les arbres chers à l’artiste et des détails reconstitués dans l’esprit de ses toiles : rochers, belvédères, cascades, effets de brume évoquant le sfumato, cette technique picturale d’effet vaporeux donnant au tableau des contours imprécis très appréciée par Léonard de Vinci.

Le parc accueille également une nouvelle œuvre aux lignes étonnamment futuristes : le pont de la Corne d’or. « En 1502, Léonard de Vinci dessine un grand pont sur le Bosphore unissant les deux rives de la ville de Constantinople, pour le sultan Bajazet II, raconte Catherine Simon Marion, déléguée générale du Clos Lucé. Le projet est conçu par les compagnons d’Armédiéval et conseillé par l’artiste norvégien Vebjørn Sand. » Depuis le mois de juin 2016, vous pouvez admirer cette superbe reproduction en chêne massif de 16 m de longueur, aux arches paraboliques et galbées.