-A +A

Le dernier fleuve sauvage - Italiano

La Loire dans tous ses états

Mille kilomètres, deux mille ans d’histoire… laissez-vous porter par la Loire, fleuve royal, passionné, mais surtout, fleuve vivant

Le long du coteau courbe et des nobles vallées, les châteaux sont semés comme des reposoirs. Et dans la majesté des matins et des soirs, la Loire et ses vassaux s’en vont par ces allées

Le poète Charles Péguy a magnifié, au début des Châteaux de la Loire, ce fleuve qui fit tant rêver les rois de France, et à travers eux tout un peuple lié au cours d’eau le plus long du pays. Plus de 1000 km séparent sa source, au sud-est du Massif Central, en Ardèche, de l’estuaire de Saint-Nazaire, où elle donne le nom de Loire-Atlantique en s’offrant à l’océan. Après… bon vent !

Au départ pourtant, elle n’est qu’un petit filet d’eau, au caractère déjà bien trempé. En 1938, à une élève qui passait son certificat d’études, on a demandé :

« Où la Loire prend-elle sa source ? » Elle répondit : « Dans l’étable de mon grand-père. » Aussi étonnant que cela puisse paraître, elle n’avait pas tort, cette petite Ardéchoise ! La Loire a en effet plusieurs sources, dont l’une d’elles coule dans le bac en pierre d’une ferme, au pied du mont Gerbier-de-Jonc, à 1417 m d’altitude.

Fleuve sauvage…

D’abord torrentueuse et encaissée, elle coule vers le nord, puis adoucit son cours entre Châteauneuf et Orléans, traverse Blois puis descend en direction de la Touraine, paressant entre Chinon et Saumur, pour s’en aller au-delà d’Angers. Sa course semble lascive, mais ne vous y fiez pas. On la dit sauvage et elle le fut mais l’est un peu moins depuis qu’elle est endiguée de Nevers jusqu’à l’estuaire de Saint-Nazaire. Son bassin versant de 117 000 km² occupe un cinquième de la France. Elle marque une frontière météorologique (ne parle-t-on pas du “nord” et du “sud” de la Loire ?).

Les crues de la Loire

La Loire, fleuve sauvage ? Certes, mais les hommes ont de tout temps essayé de la contenir, depuis les turcies (digues en pierre et en terre, au Moyen Âge) jusqu’aux levées, construites sous Colbert au XVIIe siècle, puis renforcées après les trois grandes crues de 1846-1856-1866. Ces crues et débordements sont redoutés, la Loire peut monter de 1 à 3 m en moins 24 heures, pour peu que trois facteurs concordent : des pluies du bassin méditerranéen (Cévennes), puis dans le bassin de l’Allier et du Morvan, et des dépressions océaniques venues de l’Atlantique dans un flux d’ouest.

La prévention des risques d’inondations et des crues est l’une des trois thématiques présentées par la scénographie de l’Observatoire Loire, au parc des Mées à la Chaussée-Saint-Victor, proche de Blois. « Il faut expliquer pourquoi le débit de ce fleuve peut monter jusqu’à 7000 m3/seconde, comme lors des grandes crues du XIXe siècle. Mais pourquoi il peut aussi couler à 40 m3/ seconde, son étiage le plus bas », expliquent avec passion Jean-Pierre Bessonie et Alain Amiot, respectivement président et chargé de communication de cette association qui mêle pédagogie et formation au sujet de la Loire. « Blois est une ville moyenne mais riche de problématiques ligériennes, on trouve toute l’histoire de la Loire ici : marques de crues sur les murs, vestiges de barrages, digues, déversoirs, activité des mariniers, etc. »

On trouve toute l’histoire de la Loire à Blois : marques de crues sur les murs, vestiges de barrages, digues, déversoirs, activité des mariniers, etc.

Jean-Pierre Bessonie et Alain Amiot, membres de l’Observatoire Loire

… mais navigable

La Loire, fleuve navigable, au moins jusqu’à Orléans. Depuis l'été 2017, le thème de la batellerie est présenté au public dans ce nouvel Observatoire Loire. « Batellerie, marins de Loire, vie des mariniers, tout ça dans une ambiance d’ancienne taverne. Il y a beaucoup d’interactivité, des jeux, etc. Le public est familial et scolaire : il faut que chacun participe, et pour bien comprendre la Loire, la vie de ses marins, il faut mettre la main à la pâte : refaire les gestes des mariniers, mettre le public en immersion », ajoute Alain Amiot. L’histoire patrimoniale de cette navigation de Loire s’accompagnera d’un livret pédagogique permettant d’approfondir le questionnement, d’allier le sensible et la technique.

Les migrations sur la Loire

La Loire, c’est aussi une continuité écologique : faune, flore (invasive ou autre), poissons, animaux, oiseaux migrateurs ou permanents (troisième thème de la scénographie). « La Loire, c’est un véritable couloir de migration, explique Jean-Pierre Bessonie. Les marchandises remontaient depuis Nantes, mais elles n’étaient pas seules. D’autres migrations se produisaient, et se produisent encore. Saumons, aloses : migrateurs par excellence. Mais aussi les silures. » Sous l’eau mais aussi dans les airs : sternes, aigrettes, balbuzards pêcheurs, petits gravelots. Et les incontournables castors, visibles à l’aube du jour ou au crépuscule…

Le nouvel espace muséographique de l’Observatoire Loire a ouvert ses portes en juin 2016. Et les incontournables balades sur le fleuve en bateau traditionnel, appelé fûtreau ou toue cabanée, sont bien sûr toujours au programme, complémentaires aux thématiques développées à l’Observatoire Loire, en embarquant depuis le port de la Creusille à Blois, rive gauche. Une raison supplémentaire de ne pas rater ce véritable livre d’histoire et géographie à ciel ouvert, avant que le fil de l’eau ne vous emmène jusqu’à l’estuaire, qui sait ?

Plus loin, vers l’ouest : l’estuaire de Saint-Nazaire

Dernier voyage entre les rives pour le fleuve, avant le plus grand, celui de l’océan, l’estuaire de la Loire à Saint-Nazaire est large d’environ 1 km. Lieu de la rencontre entre les eaux douces et salées, il est constitué de chenaux, bordé de marais, de prairies humides et parsemé d’îles.

C’est une zone humide majeure sur la façade atlantique. Son écosystème comprend notamment le lac de Grand-Lieu, les marais de la Brière et de Guérande (célèbre pour l’extraction de son sel).

La Loire, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en novembre 2000 : 280 km, soit environ 800 km², de Sully-sur-Loire (45) à Chalonnes-sur-Loire (49) sont ainsi protégés et les abords du site le sont aussi.

Quatre départements (45, 41, 37 et 49) et six agglomérations (Orléans, Blois, Tours, Chinon, Angers et Saumur) sont ainsi traversés par ce joyau patrimonial. Un million d’habitants sont concernés.

Il s’agit d’une reconnaissance internationale pour les efforts menés dans le bassin de la Loire, tant d’un point de vue environnemental que pour la mise en valeur touristique des sites.