-A +A

Les petits châteaux

Des grandes histoires

Les immenses châteaux de la Loire impressionnent mais les petits châteaux ont un effet singulier où l’on s’y sent vite chez soi

La gageure n’est pas de citer les châteaux de la Loire les plus connus, ce qui est plutôt facile, mais de connaître les dizaines d’autres, ceux à côté desquels les visiteurs passent, éblouis par les « géants » comme Chambord ou Chenonceau. Pourtant, les « petits » châteaux ont de très beaux atouts et présentent tous un intérêt historique et esthétique majeur. Certains ont l’avantage d’attirer un public assez restreint, bénéficiant ainsi d’une atmosphère particulièrement envoûtante, propice à créer chez les visiteurs l’illusion d’avoir voyagé dans le temps.

La cour du château de Talcy. © OTBC

Talcy fête ses 500 ans

Le château de Talcy est de ceux-là. Situé à 25 km de Blois, il détonne parmi les édifices de la Renaissance : édifié dès 1520 par le marchand florentin Bernard Salviati, qui avait acquis la seigneurie en 1517, il fut construit dans un style médiéval à contre-courant de la mode de l’époque, alors même que débutait le chantier de Chambord.

Passé cet abord impressionnant, c’est la contemplation qui surgit lorsque l’on pénètre dans l’enceinte du bâtiment : l’état de conservation du château est troublant, les meubles, la vaisselle, les livres sont là, tant et si bien que l’on guette malgré soi le seigneur des lieux, s’attendant à le voir traverser à tout moment l’une des seize salles ouvertes à la visite.

Pierre de Ronsard

Plus qu’un monument historique, le château de Talcy donne réellement l’impression d’être un lieu habité et vivant malgré les siècles écoulés. Le temps semble s’être arrêté à l’époque où Pierre de Ronsard écrivit son fameux « Mignonne, allons voir si la rose » à destination de Cassandre, la fille de Bernard Salviati. Cinq cents ans après l’acquisition de ces terres par le Florentin, l’événement a été fêté dignement tout au long de l’année 2017 avec des animations, des manifestations et des expositions.

Château de Talcy

Le château de Villesavin. © OTBC

Villesavin, un château et des musées

À Tour-en-Sologne, à 9 km de Chambord et 6 km de Cheverny, le château de Villesavin offre lui aussi des extérieurs et intérieurs authentiques. Construit pour le gouverneur des travaux de Chambord au XVIe siècle, il a subi au XIXe siècle quelques modifications qui lui ont fait gagner encore en élégance. C’est probablement l’un des châteaux préférés des familles en Val de Loire, pour ses nombreuses activités à destination des enfants, petits et grands.

Le gentil fantôme de Villesavin

Tout d’abord, il se pourrait bien que le château soit hanté, et c’est à nos têtes blondes de jouer les détectives pour trouver le gentil fantôme de Villesavin ! Dans le parc, un parcours fléché alignant les rébus, devinettes et autres activités pour la tête et les jambes leur permettra de mener l’enquête en s’amusant. Ensuite, direction la mini-ferme pour rencontrer des chèvres, moutons, lapins et poules, ainsi que des ânes, les fameux baudets du Poitou au poil long et aux yeux si doux. Les enfants pourront apprendre à s’occuper des animaux et à les nourrir, passant dans la même journée du métier de détective à celui d’éleveur.

Les collections

Le château de Villesavin est aussi connu pour ses collections : une fascinante mise en scène de 1500 objets sur le thème des noces est réunie au sein du musée du mariage, et les anciennes écuries abritent des voitures d’enfant et des hippomobiles. D’ailleurs, les amateurs de belles mécaniques ont leur journée auto-moto rétro organisée en juin dans le parc du château. Et pour ceux qui préfèrent le parfum des fleurs au vrom­bissement des moteurs, direction la superbe safranière, installée en 2016, ou le parcours des senteurs organisé à l’été 2017 dans les jardins.

Château de Villesavin

Le château de Beauregard. © OTBC

Beauregard et ses portraits

Beauregard, lui aussi construit à la Renaissance, est un autre “petit” château qui charme toujours les visiteurs. Situé entre Blois et Cheverny, l’ancien relais de chasse de François Ier est le lieu idéal pour un week-end en amoureux. Le printemps et l’été sont des moments privilégiés pour profiter de son parc de 40 hectares ; il est possible de commander un panier pique-nique au château et d’aller le déguster dans ce cadre royal, en couple ou en groupe.

La galerie de portraits

Après ce déjeuner sur l’herbe, impossible de quitter Beauregard sans avoir découvert l’intérieur du château et sa galerie de portraits : 327 tableaux de personnages célèbres, de Louis XIII à Soliman le Magnifique, ornent les murs. En parallèle, une autre galerie offre à voir de nombreux autres portraits… de chiens. Cette exposition permanente pleine d’humour vous permettra de voir pour la première fois à quoi ressemblaient Typhon de Giscard d’Estaing, Alphonse de François Mitterrand ou Moujick IV de Yves Saint-Laurent.

Le jardin des portraits

Un passage s’impose également par le Sentier du Savoir, une galerie de portraits en extérieur, triés par pays, avec une carte du monde évolutive. Quant au “Jardin des Portraits” du paysagiste Gilles Clément (à qui l’on doit également le parc André Citroën et les jardins du quai Branly à Paris), c’est un mélange de styles français et anglais qui illustre sa philosophie du “jardin en mouvement” à travers 12 parterres associés aux personnages et événements présentés dans la Galerie des Portraits.

Et si vous ne repartiez pas… Et si vous vous installiez là ? Une idée beaucoup moins farfelue qu’elle en a l’air : le château de Beauregard propose un grand cottage pour passer un séjour, offrant tout le confort d’un logement moderne, le charme en plus.

Château de beauregard

Le château de Troussay. © OTBC

Troussay, le plus petit des châteaux

Le château de Troussay à Cheverny est l’un des plus intrigants, et c’est aussi le plus petit des châteaux de cette région. Au XIXe siècle, cet ancien manoir a été agrémenté de tours, d’un oratoire et de superbes éléments de décor anciens par Louis de la Saussaye, un érudit né à Blois en 1801. Après avoir admiré les sculp­tures sur pierre, les cheminées et les plafonds peints, le carrelage Louis XII et le mobilier d’art collectionné cinq siècles durant, le visiteur est invité à découvrir le parc à l’anglaise.

Les jardins

Chênes, cèdres bleus, séquoias géants d’Amérique et autres arbres majestueux dominent les jardins et abritent de nombreux animaux sauvages qui y trouvent refuge, comme les cerfs, les biches, les lapins et les buses. Un potager et un verger s’offrent également aux yeux du public, ainsi que deux petits pavillons aménagés en musée des poupées anciennes.

Dormir au château

Si vous êtes tenté par la vie de château, Troussay va vous plaire puisqu’il est possible de séjourner dans le château lui-même, qui propose trois suites en chambres d’hôtes, ou dans ses dépendances, dans des gîtes pour 4, 8 ou 12/14 personnes disposant de jardins privatifs.

Et parce que l’on n’est jamais aussi heureux que lorsqu’on a le ventre plein, la boutique de Troussay propose de nombreux produits du terroir ainsi que des paniers pique-nique à déguster à l’ombre des arbres centenaires. Point d’orgue de l’originalité, jetez un œil à la boutique vintage !

Château de Troussay

Le château de Fougères-sur-Bièvre. © OTBC

Fougères-sur-Bièvre, une impressionnante forteresse

Fougères-sur-Bièvre est également un petit château à ne pas manquer car il a tout de la forteresse idéale : alors que l’on pénètre par une imposante courtine d’entrée à mâchicoulis, on ne peut qu’être frappé par l’architecture puissante du bâtiment, très différente de celle des autres châteaux de la Loire.

À l’origine, il s’agissait d’une construction du XIe siècle, presque entièrement détruite pendant la guerre de Cent Ans. Son donjon est resté debout, et le reste du château a été reconstruit au XVe siècle dans un style gothique. Aujourd’hui, ce magnifique château fort fascine tous les enfants. Fougères-sur-Bièvre, qui n’a été que peu remanié au cours des siècles suivants, reste donc très impressionnant malgré sa taille modeste.

Chose rare, ses superbes charpentes sont ouvertes aux visiteurs, permettant d’apprécier la complexité du bâti.

À l’extérieur, un potager d’inspiration médiévale est arrosé par la Bièvre qui traverse le domaine.

Château de Fougères-sur-Bièvre